Carte : le patrimoine À Landivisiau

 

Les fontaines et lavoirs

 

LA FONTAINE SAINT-THIVISIAU / Place Xavier-Grall

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 


L’origine de cette fontaine remonte à l’Âge du fer, entre 750 et 50 ans avant J.-C. environ. Des fouilles archéologiques réalisées en 1985 ont mis au jour sur le site l’existence d’un lec’h, stèle tronconique qui, dans les temps anciens, signalait la présence d’un lieu sacré. Cette fontaine était donc probablement votive lors de la Préhistoire. Le lec’h trouvé lors des fouilles est composé de deux parties mesurant chacune 70 cm de haut, ce qui lui donne dans sa forme complète une hauteur d’environ 3 mètres. Sur les tronçons, on peut encore remarquer les rainures et les emplacements des coins qui ont servi au débitage. Le lec’h est toujours visible sur le site de la fontaine.

Avec l’apparition du christianisme, cette fontaine est devenue celle de saint Thivisiau, moine qui, au Ve siècle, est venu s’installer sur ces terres et y a fondé un monastère, Lann en breton, d’où l’origine du nom de la ville, Lann Thivisiau, le monastère de Thivisiau. C'est ici que la ville est née et s’est développée.

La fontaine a ensuite été transformée en lavoir. Elle se présente aujourd’hui sous forme d’une dizaine de panneaux en pierre de Kersanton de style flamboyant ornant sa partie supérieure. On peut notamment y distinguer plusieurs religieux en prière, un  ange tenant la couronne d’épines, la Trinité et un ange portant un écusson pour moitié Tournemine.

Ces panneaux ornaient à l’origine les parties latérales du gisant du seigneur de Tournemine, Sieur de Coatmeur, commanditaire, en 1554, de la première église de Landivisiau. Cette sculpture funéraire, aujourd’hui démantelée, se trouvait dans le choeur de l’ancienne église paroissiale détruite et reconstruite au XIXe siècle. Les restes du gisant, après de nombreuses péripéties, sont actuellement exposés dans la cour de la Maison prébendale de Saint- Pol-de-Léon.